Transition écologique à l’horizon 2025 par le Green Keeper avec l’approbation de l’Association Sportive.

Nous avons terminé le sur-semis des greens Chênes. Cette opération ne peut se faire que par temps sec et il aura fallu environ 2 après-midis pour regarnir les 18 greens et le putting.
QUEL EST L’ENJEU ?
Les enjeux écologiques nous poussent à revoir profondément nos modes d’entretien des golfs pour contrebalancer la réductions puis la disparition des phytosanitaires à l’horizon 2025. Oui le golf doit être un exemple dans sa gestion écoresponsable du milieu naturel qu’il emprunte à la nature pour satisfaire les joueurs. Le golfeur doit pouvoir cohabiter avec la faune et la flore qui l’entourent sans que sa passion ne soit néfaste pour l’environnement. Cette philosophie n’est pas nouvelle pour moi, cela fait de nombreuses années que j’essaye de trouver des solutions pour utiliser moins de phytosanitaires et d’eau d’arrosage.
POURQUOI REGARNIR ?
Vous trouvez certainement que les greens sont suffisamment denses et ne voyez pas forcément l’intérêt de cette opération. Pourtant au fil des années les greens sont « pollués » par le paturin annuel une graminée qui a la fâcheuse habitude de fleurir au printemps (problème de roule) et qui est très sensible aux maladies cryptogamiques et il est intéressant de pouvoir apporter de nouvelles variétés de gazon plus résistantes au piétinement, aux maladies et à la sécheresse que celles actuellement en place. Sur le choix de la graminée à implanter il faut tenir compte de votre positionnement géographique même si le réchauffement climatique progressif peut vous orienter dès à présent sur une au détriment de l’autre. Il y a plusieurs écoles avec soit de la fétuque, soit de l’agrostis tenuis et enfin l’agrostis stolonifère. Pour notre part nous nous orientons vers la dernière citée en pariant justement sur l’avenir où les étés de plus en plus chauds lui feront la part belle et les hivers moins rigoureux ne l’affecteront que modérément. Il existe de nombreux cultivars d’agrostis stolonifères et chacun à ses spécificités et qualités en fonction de sa couleur, ses résistances (maladies, sécheresse, piétinement). Il existe un classement de ces variétés que chacun peut interpréter à sa façon (selon le critère mis en avant) et cela ne doit pas être pour nous un critère de choix. Pour ma part je fais assez attention à la couleur de cette agrostis afin d’éviter qu’elle ne soit trop foncée. Puisque chaque nouvelle agrostis a ses atouts j’essaye de varier mes achats pour implanter plusieurs cultivars sur nos greens et espérer répondre aux diverses problématiques.
METHODE DE REGARNISSAGE
Il existe plusieurs méthodes mais vu le coût très important de cette opération mieux vaut choisir le bon. Jusqu’à présent nous profitions d’un gros verticut (qui fait des stries dans le gazon) ou d’une aération pour positionner les graines à la volée à l’aide d’un épandeur à pousser. Il était important pour nous de pouvoir encore mieux regarnir nos greens et c’est pourquoi nous avons investi dans des éléments vibrants qui permettent d’enfouir la graine après une légère scarification. Ces 3 semoirs se montent sur une tondeuse à green à la place des éléments de tonte, et permettent un sur-semis rapide ( +/- 6h pour 18 trous) et le seul inconvénient est que leur utilisation ne se fait que sur un sol parfaitement sec pour éviter que l’humidité vienne boucher les trémies.  La météo de ces 2 derniers jour permettait donc de réaliser ce regarnissage. L’avantage de ces éléments regarnisseurs est que l’impact sur le jeu est quasi nul puisque vous peinez à apercevoir les trous sur la surface du green.
COÛT D’UN SUR-SEMIS ?
Là encore il y a plusieurs écoles quant à la quantité de graines au m2 qu’il faut positionner. Au Lys nous partons sur une valeur haute (8 g/m2) mais on pourrait très bien la réduire de moitié. L’objectif est de concurrencer au plus vite les variétés en place et que l’inversion de flore des greens soit plus rapide. Bien sûr cela à un coût puisque l’agrostis est un gazon onéreux ( +/- 35 €uros HT le kilo ) et qu’il faut pour la surface totale des greens Chênes et du putting ( 1,2ha) environ 100 kg de semences.
Nous prévoyons pour cette année 3 regarnissages ( le prochain à l’aération d’été et le dernier à l’automne) pour un budget de 10000 €. 
CONCLUSION :
Nous espérons rapidement voir les effets de ces regarnissages qui ne sont qu’une des nombreuses initiatives prises pour accompagner la transition écologique voulue de tous mais qui doit maintenant être assumée. Nos petites graines ne demandent qu’à germer, nos idées aussi pour un golf plus propre ….

Jean Louis Mignon 

Un commentaire

  • jl.callu@gmail.com

    Bonsoir,

    Toujours aussi précis et didactique.

    C’est un plaisir de lire les explications des différentes tâches effectuées par l’équipe de jardiniers du Lys.

    Vous êtes des artistes en herbes !

    Et j’acquiesce à la démarche, d’autant qu’à l’utilisation des fairways, greens (et même roughs), c’est un vrai bonheur de jouer au Lys.

    Très cordialement,

    Jean-Loup

    jl.callu@gmail.com

    +33.6.84.35.19.90

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s